• Aiguiser le regard
  • Attiser la curiosité
  • Rendre accessible
-A A +A

Juliette Goiffon & Charles Beauté - « Muda, Muri, Mura »

Juliette Goiffon & Charles Beauté - « Muda, Muri, Mura »

Exposition du 28 mai au 14 août 2016

Exposition réalisée en partenariat avec Moly-Sabata, Résidence d'artistes Fondation Albert Gleizes

Commissaire de l'exposition : Marc Bembekoff

En observateurs attentifs du monde et de ses mutations, Juliette Goiffon & Charles Beauté (nés respectivement en 1987 et 1985, vivent et travaillent à Lyon) révèlent dans leur travail les complexités de notre société à l’ère de sa dématérialisation. À travers un travail protéiforme (impression, installation, sculpture, vidéo...), ils questionnent la manière dont les évolutions technologiques altèrent notre compréhension du quotidien, et s’intéressent à la façon dont l’humain peut tirer ou non profit des failles qui s’immiscent dans des systèmes supposément bien rodés.

Au Centre d’art contemporain La Halle des bouchers, le duo propose une installation inédite composée d’éléments qui évoquent le monde de l’entreprise. Empruntés au système de production mis en place par Toyota dans le Japon des années 1960, les termes « Muda » [gaspillage], « Muri » [surcharge] et « Mura » [variabilité] donnent leur titre à cette exposition dont la matrice s’inspire des techniques de management telles qu’elles se sont déployées récemment, entre développement intensif de soi et intérêt général. Les diagrammes, courbes de croissance et organigrammes – codes inhérents aux méthodes de management agile – sont ici sortis de leurs contextes. Dénudés de toute information, ces schémas tendent vers l’abstrait et viennent rythmer l’ensemble de l’exposition, transposant le monde pragmatique de l’entreprise vers de nouvelles dimensions d’ordre ésotérique. D’autres figures clés de cette dualité mise en place par les artistes sont présentées, comme l’Espace détente – où le jardin zen croise l’austérité des attachés-cases – ou encore Téléprésences qui met en scène des visages fantomatiques sur des structures robotisées.

Ces allers et retours incessants entre une contemporanéité des protocoles et leur mise en perspective avec un ésotérisme ancestral, rendent la pratique de Juliette Goiffon & Charles Beauté passionnante, attisant la curiosité et révélant la complexité de sujets a priori anodins. Si l’exposition évoque un open space désincarné, leur installation à Vienne s'inspire aussi de l'architecture des loges maçonniques, révélant une forme d’ésotérisme latent au sein même du management agile.